Espace Maurice Blanchot                                                












|Accueil|Articles|Association|Bibliographie|Bibliographie critique|Biographie|Colloques|Correspondances|Historique|Presse|Liens|Crédits et contact|

 

Espace Maurice Blanchot - www.blanchot.fr
ISSN: 1765-291X

Fondateur
Parham Shahrjerdi

Comité de direction

Christophe Bident, Jérémie Majorel, Parham Shahrjerdi.

Comité de rédaction

Monique Antelme, Andrew Benjamin, Gisèle Berkman, Vanghélis Bitsoris, Marco Ciaurro, Marcus Coelen, Danielle Cohen-Levinas, Jonathan Degenève, Marco Della Greca, Juan Manuel Garrido, Kai Gohara, Kevin Hart, Leslie Hill, Mike Holland, Susanna Lindberg, Charlotte Mandell, Laura Marin, John McKeane, Ginette Michaud, Marcelo Jacques de Moraes, Jean-Luc Nancy, Yuji Nishiyama, Paul-Emmanuel Odin, Hannes Opelz, Joon-Sang Park, Edson Rosa da Silva, Benoît Vincent, Serge Zenkine, Giuseppe Zuccarino.





















Présentation des Actes du colloque de Genève | Samedi 10 février 2018 Print


Les Éditeurs présentent les Actes du colloque de Genève

Maurice Blanchot
   « La littérature encore une fois »

Samedi 10 février 2018 à 20h

Librairie Pierre Bravo Gala
60, rue Belleville 75020 Paris

Dernière mise à jour ( Friday, 19 January 2018 )
Blanchot et la pensée de l’absence Print

Le 3 novembre, à l’Université de Northwestern (Evanston, Chicago), un colloque a réuni plusieurs chercheurs à l’initiative de Nasrin Qader, directrice du département de Français et d’Italien. Nasrin Qader est spécialiste de la littérature francophone Africaine qu’elle lit souvent en conversation avec l’œuvre de Blanchot.

 

La thématique du colloque, « Blanchot et la pensée de l’absence », a donné lieu à des interventions passionnantes et très variées. John Brenkman (City University of New York) a évoqué les relations entre Blanchot et Nietzsche. Brenda Machosky (University of Hawai`i) a montré comment l’œuvre de Blanchot peut permettre de lire la littérature des Aborigènes d’Australie. Christophe Bident (Université de Picardie Jules Verne) a interrogé la notion de fatigue dans le récit ouvrant L’Entretien infini. S’appuyant sur sa lecture des archives de Blanchot déposées dans son université, à Harvard (en particulier le tapuscrit de L’Entretien infini), Tom Conley a développé la notion d’archipel chère à Blanchot et René Char. Kevin Bell (Penn State University) a montré comment l’œuvre de Blanchot peut permettre de lire les films de Chris Marker et les textes de George Jackson. Zakir Paul (New York University) est revenu sur les articles politiques des années 30, non sans critiquer les positions récentes de Nancy, Surya et Uhrig. En clôture, Ann Smock (University of California, Berkeley), traductrice en anglais de plusieurs textes de Blanchot, a fait une belle lecture de poèmes d’Emmanuel Hocquard et d’Anne Portugal, en travaillant sur la notion de tonalité du neutre.


Dernière mise à jour ( Saturday, 25 November 2017 )
Maurice Blanchot | Colloque de Genève Print


parution le 15 octobre 2017

Maurice Blanchot
Colloque de Genève


Le colloque Maurice Blanchot, « La littérature encore une fois », s’est tenu à la Comédie de Genève les 17, 18, 19 et 20 mai 2017. Il a été organisé par les Éditions Furor et par l’Association des amis de Maurice Blanchot. Aux textes des interventions réunis dans ce livre s’ajoutent, en aparté, un entretien avec Benoît Jacquot et des impromptus sur son film, réalisé en 1970, intitulé « Lecture du chapitre X de Thomas l’Obscur de Maurice Blanchot ».

Aux côtés de Heiner Goebbels (dont le travail a été présenté en ouverture du colloque) et de Benoît Jacquot (auteur d’un film d’après un roman de Blanchot), les Actes rassemblent des textes de:

 Guillaume Artous-Bouvet ◊ Christophe Bident ◊ Yannick Butel ◊ Maxime Decout ◊ Jonathan Degenève ◊ Laurent Demanze ◊ Daniel Dobbels ◊ Heiner Goebbels ◊ Kevin Hart ◊ Leslie Hill ◊ Benoît Jacquot ◊ Vincent Kaufmann ◊ Chloé Larmet ◊ Jérémie Majorel ◊ Gilles Philippe ◊ Sylvain Santi ◊ Parham Shahrjerdi ◊ Daniel Wilhem ◊

Plaquette de présentation
Présentation sur le site des Editions Furor


Dernière mise à jour ( Sunday, 24 September 2017 )
La littérature encore une fois | Colloque international | 17-20 mai 2017 Print

Maurice Blanchot


  « La littérature encore une fois »
Colloque international
17-20 mai 2017

Éditions Furor & Association des amis de Maurice Blanchot


La Comédie de Genève
6, boulevard des Philosophes, Genève


– Cette idée, tant de fois proposée et toujours déplacée, c’est que dans la littérature se jouerait quelque affirmation irréductible à tout processus unificateur, ne se laissant pas unifier et elle-même n’unifiant pas, ne provoquant pas à l’unité. C’est pourquoi nous ne pouvons la saisir que par le biais d’une suite de négations, car c’est toujours en termes d’unité que la pensée, à un certain niveau, compose ses références positives. C’est pourquoi aussi la littérature n’est pas vraiment identifiable, si elle est faite pour décevoir toute identité et pour tromper la compréhension comme pouvoir d’identifier. Qu’à côté de toutes les formes de langage où se construit et se parle le tout, parole d’univers, parole du savoir, du travail et du salut, il faille pressentir une tout autre parole libérant la pensée d’être toujours seulement pensée en vue de l’unité, voilà donc ce qui peut-être nous resterait encore au fond du creuset.
– Du moins momentanément.
Maurice Blanchot


Organisation
Christophe Bident, Jonathan Degenève, Leslie Hill, Sabine Kaufmann,
Hervé Loichemol, Jérémie Majorel, Parham Shahrjerdi, Daniel Wilhem



Parler dans la voix de l’autre (Blanchot, Levinas, Bataille) Print

Parler dans la voix de l’autre (Blanchot, Levinas, Bataille)1

João Camillo Penna

UFRJ/Brésil

Que dire de la circulation de références, d’expériences, de textes et de concepts, entre Maurice Blanchot, Emmanuel Levinas et Georges Bataille? Les renvois réciproques entre Blanchot et Levinas sont très connus. Par exemple, dans le petit article “Il y a”, de 1946, repris dans De l’existence à l’existant (1947), un texte écrit en captivité pendant la guerre, Levinas renvoie les lecteurs à Thomas l’obscur, le premier roman de Blanchot, qui, selon Levinas, “s’ouvre sur la description de l’il y a”, en particulier les pages dédiées à l’expérience de la nuit. Blanchot, de son côté, fera autant, dans “La littérature et le droit à la mort”, texte fondamental de la critique blanchotienne, où il renvoie à la même notion d’il y a (dans le livre et l’article de Levinas), comme “ce courant anonyme et impersonnel de l’être qui précède tout être”.2 Les notions de neutre, de remue-ménage, d’autre, de dehors, peuvent être aussi bien attribuées à l’un comme à l’autre.

Dernière mise à jour ( Thursday, 05 January 2017 )
Lire la suite...
<< Start < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > End >>

Results 1 - 9 of 286



Menu Principal
Accueil
Articles
Association
Bibliographie
Bibliographie critique
Biographie
Colloques
Correspondances
Historique
Presse
Liens
Crédits et contact

Visiteurs en ligne
We have 8 guests online


            Recherche